Actualités

Un dimanche 28 juillet sur la falaise des Hauts de Talmont.

Une falaise et des carrelets bien alignés avec leurs piliers de bois qui plongent dans l’eau de l’estuaire… Sur cette falaise des alignements de vignes et une foule assise à même le sol ou sur des fauteuils-pliants en rangs concentriques et serrés au tour d’un piano Yamaha noir. Voilà pour le décor.

Quant au paysage sonore qui le baigne, il est aussi insolite. Il règne autour des notes de piano qui s’enchainent un silence quasi religieux. Nous sommes le dimanche 28 juillet sur la falaise du Caillaud, le soleil décline derrière l’église romane Sainte Radegonde qui se trouve à quelques encablures . Khatia Buniatishvili, la belle et talentueuse pianiste, admirée du monde entier est de retour à Talmont, elle avait déjà participé au violon sur le sable en 2017. Son programme est consacré à Schubert et à Listz.

Le miracle s’accomplit de nouveau : celle d’un lieu remarquable, d’une musique sublime et d’une artiste d’exception. Le pari de Philippe Tranchet, fondateur du violon sur le sable, sublimer le patrimoine par la musique, n’a jamais été autant accompli !

 

La falaise du Caillau, le vignoble des Hauts de Talmont et Khatia Buniatishvili sont associés pour longtemps dans la mémoire collective.

 

Le programme joué par Khatia Buniatishvili
• Schubert Impromptus n°1/2/3/4
• Schubert Liszt trois lieders
• Listz ; Rapsodie 2/6
• A deux mains avec sa sœur, un morceau d’Astor Piazzolla

 

Photos (c) Xavier Renaudin

Khatia Buniatishvili

Khatia Buniatishvili (Photo Le Figaro)

Dans le cadre du festival « un violon sur la ville », un récital en plein air aura lieu au pied de nos vignes le samedi 27 juillet à 19 h. L’ éblouissante et talentueuse pianiste Khatia Buniatishvili*, fera résonner les notes de son piano pour la deuxième fois** face à l’estuaire, à l’église de Talmont au Soleil couchant.

 

Attention: le nombre de places étant limité, il faut réserver sur le site du violon sur le sable. Il vous en coutera 5 €

 

*Née en Géorgie en 1987, Khatia Buniatishvili commence le piano à l’âge de 3 ans, donne son premier concert avec l’Orchestre de Chambre de Tbilissi à 6 ans et se produit à l’étranger à 10 ans. Au cours des dernières saisons, Khatia a collaboré avec les orchestres les plus prestigieux sous la baguette de chefs internationaux.

**En 2017 son récital avait enthousiasmé le public.

 

Toutes les infos

 

Photos (c) Gavin Evans et Xavier Renaudin.

Joli reportage sur Talmont et le vignoble des Hauts de Talmont dans le JT du 12 avril 2019.

 

 

Lire l’article

 

 

Grâce à une magnifique météo  nous avons ramassé des merlots sublimes. Il ne fait aucun doute que ce millésime sera grand.

 

Pourtant, 2018 était mal parti avec un printemps très pluvieux, ce qui laissait craindre de fortes attaques de mildiou…

 

Mais notre équipe technique, la biodynamie et le travail minutieux ont su faire aboutir cette magnifique récolte.

 

 

 

 

 

Les millésimes se suivent et ne se ressemblent pas … Comme les saisons.
Que dire de 2018? Qu’il sera un millésime de vigneron.

Autrement dit qu’il a été dur à gérer surtout quand on est un vigneron qui pratique la biodynamie.

Hiver très pluvieux. Le printemps ne fut pas en reste malgré une semaine de beau en juin. Notre pluviomètre a enregistré de mars à juillet 466mm de pluie à comparer aux 360mm en 2017 et aux 299 en 2016. Conséquence: une très forte pression du mildiou à l’instar des régions voisines. Dans le cadre strict de notre discipline biodynamique, nous avons réussi à contenir l’attaque en respectant la dose limite de cuivre métal soit 3,2kg.

Heureusement l’été s’est installé. Beau, sec, chaud et très ensoleillé. A partir de la mi juillet plusieurs actions ont été engagées: échardage minutieux ( on enlève les entrecoeurs), effeuillage et vendange en vert… pour limiter une récolte qui s’avérait très généreuse…

Aujourd’hui l’état sanitaire est très bon. Ce qui laisse augurer de belles vendanges qui pourraient commencer vers le 15 si la situation météorologique se maintient… Mais prudence. Tant que le raisin n’a pas été coupé et rentré au chai, il ne faut jurer de rien.